Plus Tard Je Serai
Fini les erreurs d'orientation, accédez au métier de vos rêves

N’aidez pas votre enfant s’il ne vous le demande pas

Aider votre enfant quand il n'a rien demandé ou pour aller plus vite n'est pas une bonne idée.

Vous pensez rendre la vie de votre enfant plus facile en l’aidant systématiquement, avant même qu’il ne réclame votre aide? Si cela vous rassure en tant que parent parce que vous faites «tout pour votre enfant», ce comportement peut avoir des effets dévastateurs à long terme et faire de lui un adulte incapable de s’occuper de lui-même et qui aura peur de se confronter à la nouveauté.

Aider systématiquement votre enfant diminue sa confiance en soi

Mettez-vous à sa place et imaginez ce que vous ressentiriez si, au travail, votre patron ne vous déléguait rien, prenait les devants et faisait tout votre travail à votre place parce que «ça va plus vite comme ça, je sais comment faire»? Vous vous diriez probablement que vous n’êtes bon à rien ou inutile, sinon votre patron vous laisserait au moins essayer.

C’est ce sentiment d’impotence et d’inutilité que ressent votre enfant quand vous lacez ses chaussures à sa place, quand vous lui coupez sa nourriture ou quand vous le portez pour monter sur le haut du toboggan avant même qu’il essaie de le faire lui-même. En lui ôtant toute chance d’essayer seul(e), vous lui faites comprendre que vous ne lui faîtes pas confiance pour réussir. Or, ce comportement est l’un des éléments qui détruit le plus sa confiance en soi de votre enfant.

Plus vous l’aidez sans qu’il ou elle le demande, plus vous diminuez sa confiance en soi. Elle ou il va se sentir diminué(e) et cela va l’empêcher de progresser car, à force d’être aidé(e), elle ou il craindra d’entreprendre de nouvelles choses et il ou elle demandera toujours de l’aide par réflexe sans jamais tenter par lui-même.

Aider votre enfant diminue sa joie dans ses succès

Lorsque vous aidez votre enfant à accomplir quelque chose, il n’a pas la sensation de se réaliser car il sait qu’il n’est pas l’auteur de son succès. Avouez que votre enfant est beaucoup plus fière d’elle quand elle réussit seule à faire un puzzle et elle vous le dira « regarde, j’ai réussi toute seule ! ». 

Ce qui rend votre enfant fier de lui, ce n’est pas que l’objectif soit atteint (avoir des chaussures lacées, une nourriture découpée, etc) mais c’est de voir que ses efforts sont récompensés par la réussite de cet objectif. Or, si vous l’aidez, il ne sait pas s’il aurait réussi tout seul. C’est le chemin qui compte et non le résultat. Retrouvez ici comment féliciter votre enfant quand il a réussi sans abîmer sa confiance en soi.

Aider votre enfant ne l’habitue pas à fournir des efforts

Dans la droite ligne de ce que vous venez de lire, plus vous aidez votre enfant sans qu’elle le réclame, moins elle fera d’efforts pour atteindre des objectifs car elle sait que ses efforts ne servent à rien puisque c’est vous de toute façon qui finirez son «travail». Cela développe chez votre enfant un refus de l’effort. Comme vous l’empêchez d’essayer et de fournir des efforts, il pense que les efforts sont à éviter, qu’ils sont la marque de ceux qui ne savent pas faire. Votre enfant pense donc qu’il doit tout faire bien du premier coup et sans efforts. Or, cela est impossible. En l’aidant sans cesse, votre enfant déduit de votre comportement: «si tu ne sais pas faire du premier coup, je vais le faire à ta place car moi je n’ai pas besoin de fournir d’efforts pour y arriver». Vous le programmez à ne jamais essayer de nouvelles choses ni à fournir d’efforts car il pense que c’est la marque des gens qui n’y arrivent pas, alors qu’en réalité c’est grâce à ses efforts qu’il réussira dans de nouvelles tâches.

Aider votre enfant l’empêche de se confronter à l‘échec

En aidant votre enfant, vous cherchez probablement à la préserver de l’échec. Si vous ne l’aidez pas à mettre son manteau, elle n’y arrivera pas, elle sera frustrée, déçue et se pensera nulle. Aucun parent ne souhaite ça. Le problème dans tout cela c’est que vous programmez votre enfant à voir l’échec comme quelque chose à éviter, alors qu’il faut au contraire l’encourager

Les échecs prouvent que votre enfant a essayé quelque chose de nouveau et il faut absolument valoriser cela! Vous devez donc tolérer les erreurs à la maison, voire les encourager. Votre fille met plein d’eau à côté de son verre en se servant toute seule? Ce n’est pas grave, c’est un échec et c’est important qu’elle ait essayé de se servir seule. Grâce à cet échec, votre fille sait ce qu’elle doit changer et quels efforts elle doit founir: une cruche moins lourde? Un verre plus large? Une table plus basse? Mieux viser? Apprenez-lui à s’entraîner à se servir seule au-dessus de l’évier par exemple mais vous devez accepter qu’elle fasse des tentatives sans filet de sécurité et peut-être en en mettant partout. C’est comme cela que se fait l’apprentissage.

Ne faites pas les choses à la place de votre enfant parce que c’est plus rapide

Vous pensez que faire les choses à la place de votre enfant vous fait gagner du temps. Lui mettre son manteau à sa place vous fait peut-être gagner 2 minutes le matin mais sur le long terme cette tactique ne fonctionne pas. En effet, plus vous faîtes les choses à sa place, plus votre enfant sera dépendant de vous car il n’aura pas appris à faire les choses par lui-même. L’apprentissage nécessite d’essayer, d’échouer, de réessayer avec une autre méthode, d’échouer encore, de réessayer… bref, cela prend du temps. Si vous enlevez ce temps à votre enfant en faisant à sa place, il n’apprendra jamais et ne deviendra pas autonome. Et ça, c’est une vraie perte de temps! Plus vite votre enfant saura faire les choses par lui-même, plus vite vous serez débarrassé(e) de cette tâche que vous faisiez pour lui. 

Attention, il ne s’agit pas de lâcher votre enfant dans le grand bain en lui demandant de savoir faire ses lacets dès la deuxième tentative. Sans le faire pour lui (sauf s’il le demande), vous devez lui prodiguer des conseils sur la manière de réussir et d’être plus efficace la prochaine fois. Par exemple, pour descendre un escalier en toute sécurité, montrez-lui comment le descendre sur les fesses en se tenant aux barreaux ou au mur. Idem pour éplucher un fruit: montrez-lui comment faire avec un éplucheur ou un couteau en donnant clairement les instructions de sécurité. Votre enfant peut aussi tester sa propre technique dont vous validerez la sécurité en lui expliquant quels gestes sont sûrs et lesquels sont dangereux. Encouragez la répétition pour que l’exercice devienne plus facile avec le temps.

Apportez votre aide seulement quand votre enfant le demande

Ne sous-estimez pas les capacités de votre enfant. Attendre que ce soit lui qui vous demande de l’aide vous impose de ne pas anticiper son échec. Vous pourriez avoir des surprises et constater qu’il arrive à faire beaucoup plus de choses que vous ne l’imaginez! 

Seulement au bout de quelques minutes d’essai, vous êtes libre de proposer de l’aide. Demandez à votre enfant de quel type d’aide elle a besoin : est-ce qu’elle a besoin de conseils? est-ce qu’elle a besoin que vous lui montriez pour qu’elle le refasse ensuite (ouvrir une bouteille d’eau que vous refermerez pour qu’elle le fasse elle-même, faire ses lacets et les défaire ensuite pour qu’elle essaie seul, etc.). Apprenez aussi à encourager votre enfant à persévérer sans le culpabiliser.

En derniers recours, et seulement si votre enfant vous le demande ou vous confirme que c’est ce qu’il veut, vous pouvez faire à sa place. Toutefois, à chaque fois montrez-lui bien comment vous vous y prenez et détaillez vos mouvements pour qu’il apprenne en vous voyant faire: «Regarde, pour ouvrir le yaourt, je tiens fermement d’une main le pot qui est posé sur la table et de l’autre main je tire sur l’opercule vers l’extérieur. La prochaine fois tu essaieras tout seul d’accord».

Grâce à ces conseils votre enfant aura confiance en ses capacités, il aura hâte de tenter de nouvelles choses, il n’aura pas peur de l’échec et surtout il deviendra autonome!

Au fait...

Saviez-vous que dès l'âge de 6 ans, la plupart des filles pensent être moins intelligentes que les garçons?

C'est le résultat d'une enquête menée par des chercheurs en 2017.

Les petites filles manquent bien souvent de confiance en elles: découvrez comment révéler le potentiel de votre enfant.

La confiance en soi de votre fille
Éducation positive
Le corps de votre fille
Les pensées limitantes de votre fille
Les activités de votre fille
Livres pour enfants
Métiers
Interviews